Infographie : Les transports en panne

14 fév. 2012 - Actualités

Cliquez pour agrandir

Hausse des prix, dégradation du service public, destruction de l’emploi, dette… Voici chiffres à l’appui un nouveau décryptage de la politique des transports menée par le candidat sortant.
Et les propositions de François Hollande en matière de transport :

  • Engager une nouvelle étape de la décentralisation dans le domaine des transports

– Permettre aux collectivités territoriales d’agir plus efficacement sur la mobilité des citoyens : les autorités responsables de transport deviendront des Autorités Organisatrices de Mobilité Durable (AOMD) et disposeront de nouveaux outils pour organiser l’intégralité de la mobilité (dont le droit à l’expérimentation).
– Coordonner la politique de transports et la politique d’urbanisme : les Régions piloteront des schémas régionaux de transport et de mobilité en lien avec l’ensemble des collectivités locales.
– Renforcer le rôle des régions : rôle de coordination des autorités organisatrices par la mutualisation de l’information, la coordination de l’offre de services, l’élaboration de stratégies globales et cohérentes en matière tarifaire notamment.
– Moderniser la gouvernance des transports en Ile-de-France
– Mise en place d’une ressource fiscale dédiée aux régions.

  • Remettre à niveau et moderniser le réseau existant en renouvelant 1000 km de voies par an.

Les transports en Ile-de-France doivent faire l’objet d’un traitement particulier, car la dégradation du service sur les réseaux Transilien et RER porte fortement sur la vie quotidienne de millions de Franciliens.
La desserte des quartiers difficiles fera également l’objet d’un soutien particulier afin de poursuivre le désenclavement.

  • En régions, poursuivre les investissements dans les réseaux de transport en commun en site propre en lançant un 3e appel à projets TCSP.

Grenelle de l’environnement : les collectivités locales ont appelé au lancement d’un 3e appel à projets dès 2011, afin de ne pas freiner leurs projets d’investissements. C’est une politique vertueuse en matière d’investissement public, les emplois créés étant souvent non-délocalisables (y compris le matériel roulant, le plus souvent fabriqué en France).